Répondre
Sacha
Rang 15

Avatar de Sacha

BTS Aéronautique
Professionnel

Remerciements : 1146
Post Posté le 20/06/2008 à 10:46:21    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Nous vous proposons ici des pistes de correction pour le sujet de Français 2008 du baccalauréat filière L. Des gens chez nous se sont occupés de rédiger une proposition de corrigé pour l'épreuve de français, à vous de la faire évoluer en apportant votre pierre au travail. Clin doeil


Correction premier exercice: (Merci Augustin M.)

Comme un exercice, sans méthode et sans talent j'ai composé une réponse dont vous êtes juge de l'à propos pour la question à quatre points.

Constatons quatre procédés distincts.
- Marivaux cherche à donner l'illusion du réel par une mise en scène de son histoire qu'il prétend avoir trouvée suite à un concours de circonstances plutôt fortuites. Le tour de force est de faire croire qu'il n'est l'auteur que de ce préambule et d' exposer une correspondance féminine où l'absence prétendu de style devient une figure de style.

- Alain Robbe Grillet donne l'illusion du réel par une précision métronome, par une description objective des gestes quasi mécanique d'où serait bannie toute intention humaine.

- Kundera rend compte de la genèse de son personnage à partir d'un geste mémorisé d'une dame sexagénaire comme dans un libre jeu d' association onirique, il donne l'illusion dans la mise en abîme des conditions qui évéillent son imagination et la fiction qui en découle.

- Philippe Claudel cherche à ancrer son personnage de procureur dans le réel en faisant en quelque sorte son portrait comme le ferait un journaliste de chroniques judiciaires pour un accusé. Il laisse entendre que son ancien métier avait un rapport avec les soins d'une enquête.

A chaque fois l'auteur cherche à donner une vie propre à son personnage sans intervention délibérée ou interprétative de l'auteur, tout en démasquant les régles qu'il s'est lui- même fixées dans ce jeu d'illusion et de vérité.


Pistes pour le commentaire:

Dans le commentaire, on peut,entre autres, relever le parallélisme entre le préambule de celui qui ne se prétend pas auteur et le récit de Marianne qui prétend gâter son histoire en l'écrivant.

Ce "procès" de l'écriture mérite examen car en quelques lignes il y a bien le récit d'une découverte et le récit d'une histoire saillante, une comédie sociale où se disputent l'être et l'apparaître, une critique des traits d'époque et d'opinions convenues sur la différence des sexes, des motifs de séduction inavoués ou inavouables, une cruauté désenchantée. Bref cet extrait permet , me semble-t-il, de réinvestir ce que vous avez appris de Marivaux.



Postez vos plans en suivant !
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Celia D.
Rang 3

Avatar de Celia D.

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 20/06/2008 à 16:40:59    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Alors,
Le roman et ses personnages, vision de l'homme et du monde

Je ne me souviens seulement de mes grandes parties
J'ai pas fait de partie centrale autour du portrait du personnage principale,
j'ai pas réussi...

Voila ce que j'ai fait :/

I. UN INCIPIT ORIGINAL
II. UN AUTEUR ENGAGE DANS LA CONDITION DE LA FEMME


Ouverture: . Parallèle avec l'incipit du roman de Gide, Les faux monnayeurs, qui diffère lui aussi de l'incipit traditionnel et qui commence par la découverte de quelque chose comme ici (manuscrit vs lettres)
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Marine G.
Rang 1









Remerciements : 0
Post Posté le 20/06/2008 à 17:51:01    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
pk il y à pas la correction pour le francais en L ?
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Stacy B.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 20/06/2008 à 18:11:30    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Moi j'ai pris la dissertation et voici le plan que j'ai proposé

Intro : Le roman est , depuis le 16eme siècle, un genre littéraire très à la mode . Certains personnages de roman sont devenus célèbres tels que Harry Potter, Don Juan ou encore Valmont. Les roman sont sources d’imagination . Un roman doit-il chercher à faire oublier au lecteur que ses personnages sont fictif ? Nous allons le voir en étudiant dans un 1er temps que l’oubli laisse place à l’imagination et dans un 2nd temps que cette oubli peut devenir dangereux pour le lecteur.

I] L’oubli laisse place à l’imagination
1) Une immersion totale dans l’histoire.
=>Ne le dis à personne _ Harlan Coben
=>Le 5eme règne _ Maxime Chattam
=>L’âme du mal _ Maxime Chattam

2) Un sentiment de liberté et de rêves
=>Harry Potter
=>La quête d’Ewilan
=>Le monde de Narnia

II] L’oubli peut etre nocif
1) Une identification qui peut s’avérer dangereuse
=>Les liaisons dangereuses _ Choderlos de Laclos
=>L’évangile selon Satan

2) Le lecteur peut se créer un monde parfait et s’y renfermer
=>La prophétie maudite
=>Harry Potter

CCL : nous pouvons en conclure qu’un oublie du fictif est positif du moment que le lecteur sait faire la part entre fiction et réalité.


ps: les noms de livres sont ce que j'ai utilisé comme exemple
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
lili9
Rang 1

Avatar de lili9

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 20/06/2008 à 19:09:40    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
pour ma part, j'ai pris le commentaire composé, en mettant un plan un peu tiré par les cheveux ; en abrégé:

problématique: comment à travers ce récit Marivaux arrive-t-il à capter l'attention du lecteur, et à le faire refléchir?

I. deux parties distinctes mais complémentaires.

1. le préambule


2. le discour de Marianne= journal intime


II.présence du style de Marivaux

1. prend le partie d'une femme

(= chose courante chez lui, femme dit être dotée d'un moindre esprit donc son argumentation serait elle à son image?)

2. Présence des Lumières.

(= faire réfléchir le lecteur, etc....)

voilà, c'est très rapide mais je n'ai pas tout gardé.
bonne journée!
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Feust
Rang 14

Avatar de Feust

HEC
Etudiant

Remerciements : 296
Post Posté le 20/06/2008 à 19:23:07    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Message de Marine G.
pk il y à pas la correction pour le francais en L ?


C'est en cours.. Désolé pour le léger retard Clin doeil
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Ludocmoi
Rang 1

Avatar de Ludocmoi

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 20/06/2008 à 20:11:24    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Moi j'ai fait le sujet ce matin! et ouai!

Simpa, pas trop dur il me semble!

Pour la Partie I (ou la question), j'ai fais une synthèse en 3 parties:

Intro:
Dans leur manière d'introduire les personnages, ces textes cherchent à donner l'illusion du réel. Ces textes sont tous tirés de romans. Les auteurs utilisent 3 indices pour donner l'illusion du réel.

Développement:
- repères de temps (ex dans texte A, B, C et D)
- repères de lieux ( // )
- repères du/des personnage(s) (les différentes informations sur le(s) personnage(s) même) ( // )

Conclusion:
Grâce à ces différents indices, le lecteur accepte de croire à l'histoire. Il reconnait les repères de temps, de lieu, et trouve des aspects commun avec le caractère et/ou le physique du personnage. Il se compare alors au personnage ou décide même de se confondre à lui. Le lecteur est alors dans l'illusion du réel car plus rien ne l'empèche de croire que l'histoire est vraie. L'auteur a réussi a convaincre le lecteur. Les textes donnent l'illusion du réel dans leur manière d'introduire les personnages.

(Bon j'ai rien détaillé, j'ai juste mis les grandes idées de ce que je me souviens lol)..

Après j'ai fait écriture d'invention.. je suis mordu!!!

Partie II - Invention!

Ici je fais appel au talent de tous!

Comme tout le monde le sait, l'écriture d'invention, c'est une sorte de pile ou face, 1/2 chance! On ne sait pas! Donc je vais dire comment j'ai procédé, et vous me direz ce que vous en avez penser!

Eléments clés du sujet:

- Respecter l'atmosphère installée
- Imaginer la suite consacrée à l'arrivée d'un nouveau personnage dans le café
- S'inspirer des procédés figurant dans le texte

Mon invention comprend 3 pages (2 rectos, 1 verso). Dans le texte principal, on nous cite qu'il est 6h00. Pour ma part, j'ai choisi que le patron ouvre son café à 6h30. Dans le texte d'invention, je reprend le même style que l'auteur, je décris tout, l'arrivée du nouveau personnage, tout ce qu'il fait, que se soit un pas, un regard, un sourir, tout est décrit...Tout tourne autour du personnage, l'action dure 8 minutes, la fin du texte est << il est six heure et trente-huit minutes>>. Pendant tout ce temps, j'en ai profité pour décrire le personnage, pour décrire ce qu'il voit, ce qu'il touche, pour décrire le café qu'il boit, etc... J'ai aussi utiliser comme le faisait l'auteur avec les secondes "trente et un. [...] Trente sept (l.7)" j'en ai refait une série avec les secondes et une série avec les pas (de l'homme qui marche). J'ai parler de l'heure comme l'auteur. J'ai utiliser le même type de vocabulaire que l'auteur. Voila.

Par contre, il n'y a aucun rapport avec le 3ème paragraphe (l.9-14) du texte de l'auteur. Suis-je hors sujet?

Voila, j'espère ne pas avoir fait un mauvais travail...

Dites moi ce que vous en penser!!!

Merci!!!
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Elora D.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 01:19:31    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Oh mon Dieu !!!!
Si vous saviez l'horreur que j'ai pu faire ! xD

La question je pense l'avoir a peut près réussit voici en gros mes réponse
Texte A: les question qui semble naturel pour un auteur amateur et un style maladroit
Texte B: L'ambiance, une habitude et une gestuel quasi mécanique preuve de l'expérience et du caractère répétitif du personnage
Texte C: Les faits que le personnages créé par l'auteur lui échappe, elle se cache de lui malgré sa volonté. L'auteur ne connais pas le personnage qu'il créé. Agnès est indépendante.
Texte D: La description précise, celle du physique et des relation entre le narrateur personnage et Destinat

Mais la disserte ....
AU SECOURS

alors que je vous explique comment 'ai procédé à mon suicide

tout d'abord je me suis complètement planté de plan : Plan analytique
Ensuite au lieu de varié mes exemple j'ai pris les exemple de plusieurs personnage.... DANS UN SEUL ROMAN !!!

J'ai donné comme unique exemple les personnage type de l'œuvre de Balzac et plus précisément celui des personnes du PERE GORIOT.

Rastignac y est le type du jeune ambitieux qui veut réussir en ceci il est louable même si il pense parfois à passer par la voit du crime comme lui a suggéré Vautrin
Le même Vautrin qui est le type du criminelle
Le père Goriot qui est le christ de la paternité et que le pathétique qu'il dégage notamment durant son agonie et son enterrement du à la relation qu'il entretient avec ces filles. Celle ci ont profité de la richesse de leurs père pour obtenir une bonne dote et un père qui cède a tout leur caprice

Que j'explique pourquoi j'ai pris le plan analytique. La problématique n'était pas claire pour moi. Parce que pour moi un roman doit donné l'impression que ses personnage sont réel que les personnes soit envisageable dans le sens ou ils pourraient être réel. Exemple connu : Le petit chaperon rouge
ou qu'il soit fictif on parle plus haut de Harry Potter alors je le ressort.
Ces personnage même fictifs sont pourtant vraisemblable car leur caractère et le fait que le lecteur s'attache et s'identifie à eux par le biais du pathétique, des émotions, et des aventures passionnantes que vivent les personnages. Ainsi n'importe quel personnage peut semblé vraisemblable au lecteur car celui ci sera tellement absorbé dans les aventure du héros qu'il se contentera d'une description parfois physique mais surtout moral et de quelque élément de son passé qui peuvent aidé à comprendre son caractère.

Pour conclure.
J'ai dit que parfois on ne s'attache pas toujours au personnage et en gros j'ai parler des État et empire de la lune de Cyrano de Bergerac. Cyrano étant un libertin, les libertin ayant à cœur de choqué et de torturé les dogme de l'église, à travers le récit d'une personne qui semble être l'auteur sur la lune il en profite pour critiqué ses dogmes. Les principe de l'Église étant encore très marqué a l'époque (17eme) dans les mœurs, un lecteur ne peut s'identifier à des idées qu'il rejette ou qu'il ne comprend pas. Il ne peut donc pas s'attacher au personnage ni apprécier la crédulité ou la véracité des propos tenu car le personnage porteur de l'histoire ne les intéresse pas.

Ai-je fait du hors sujet ce qui me semble être le cas

Je sais que j'ai écrit beaucoup mais aider moi svp j'ai besoin d'un avis
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Feust
Rang 14

Avatar de Feust

HEC
Etudiant

Remerciements : 296
Post Posté le 21/06/2008 à 01:56:55    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
update de la correction du premier exercice !
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Et-bin-non A.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 11:51:10    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Je suis sortie de mon épreuve completement catastrophée, la question m'a posée d'énormes problèmes bien qu'elle me semblait facile... Selon moi c'est un mauvais tour du stress car je me sentais totalement détendue avant l'épreuve mais après :s....
J'ai choisi l'écriture d'invention de facon un peu kamikaze parce que je ne mettais jamais essayée a cet exercice... J'aimerai connaitre votre avis sur mon travail afin de me rassurer un peu ou de me préparer a ma note ^^ Alors voila ce que j'ai fait a quelque chose près puisque j'ai recopié mon brouillon en modifiant quelques petites choses sur ma copie...

… Quand tout est prêt la lumière s’allume…

L’homme se dirige vers la fenêtre contre laquelle est placé son comptoir, regarde le temps qu’il fait à la seconde exacte où sonne le clocher de l’église, il est temps pour lui de mettre en route les machines a café, pression, et d’augmenter le chauffage. La pluie et la fraîcheur dégagée par la vitre glacée lui indiquent le temps de solitude qui lui reste. Il s’assoit derrière son comptoir. Quelques minutes s’écoulent, lentes, rythmées par le bruit de la machine a café qui doucement fait son œuvre.
Alors la porte s’ouvre, lentement, seuls les sons du carillon qui surplombe la porte annoncent l’arrivée d’un nouveau personnage. Celui-ci, encore sur le pas, replie son parapluie, en un seul geste il s’extrait de la porte, retire son chapeau et le place sur le portemanteau, qui, comme tous les jours depuis 35 ans se trouve tout près de l’entrée, a gauche.
Commence alors quelque chose qui ressemble à un rituel. Il fait un signe de tête, silencieux, au patron qui le regarde sans vraiment le voir, et n’attend pas de réponse, il sait qu’elle viendra plus tard, retire son écharpe, son par-dessus gris et ses lunettes fumées qu’il place dans sa poche, et dépose le tout juste en dessous de son chapeau. Alors il se dirige, comme chaque jour, vers le comptoir où il prend un exemplaire de la dépêche du jour et va s’asseoir à la table située au fond du café. Ses gestes semblent préparés, enregistrés, répétés des centaines de fois, comme s’ils n’étaient pas réellement voulus par l’homme, mais par une autre force, celle de l’habitude. Assis, il déplie son journal, le feuillette, ne s’arrêtant que quelques secondes sur chaque page, prenant juste le temps de lire les titres.
Une fois le journal replié, comme un signe, le rythme de la pièce change. Le patron poussé par un mécanisme inexplicable se lève, le client le regarde, sourires rituels échangés, il se dirige vers la machine a café, tends le bras vers le haut où il range ses tasses comme toujours, en attrape une, cherche de multiples choses dans ses tiroirs. Maintenant il semble éveillé, comme s’il avait enfin pris conscience que les événements de cette journée, même les plus insignifiants, vont enfin prendre leur place, s’arranger, bousculer son quotidien, le couper de ce petit monde que constitue pour lui son café. Il se dirige vers son client, le premier de la journée, et le premier de toutes les journées précédentes depuis 35 ans, pose la tasse, la cuillère, le sucre, la carafe pleine de café, et s’assoit en face de lui.
Alors pour la première fois de la journée il parle, juste pour créer un lien, il demande qu’elles sont les nouvelles, le client répond qu’il n’y a rien de nouveau, comme chaque jours. Alors le patron se lève, retourne s’asseoir derrière son comptoir, et chacun rentre à nouveau dans son monde, sachant que bientôt et malheureusement ils seront dérangés par des évènements incompréhensibles et monstrueux. C’est ainsi depuis 35 ans, et aucun d’eux ne veut y changer quoi que ce soit…


SVP donné moi votre avis...
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Arti D.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 14:25:31    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Bonjour,

Donnez moi votre avis SVP je doute beaucoup sur la pertinence de mon plan =S. j'ai choisi le commentaire composé sur Marivaux..

I) Un préambule qui se veut justificatif de l'oeuvre
II) Marivaux, à travers Marianne, dénonce un des travers sociaux de son époque


Répondez moi vite ! Merci Clin doeil
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Arti D.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 14:36:41    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Pour toi, Lili9 je pense que ton plan tient la route. Après, ça dépend de tes éléments de réponse, si dans ta dexuième partie tu as parlé d'une dénonciation et tout...
A la limite tu pourrais mettre en ligne ton plan entier, je vais mettre le mien sur le site pour savoir votre opinion.

Bonne fin de journée ! Sourire
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Eva A.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 15:16:47    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Bonjour! moi aussi j'ai passé le Français L hier et je dois avouer que je ne suis pas d'accord avec vos réponses à la question. La question n'était pas: en quoi ces textes donnent-ils l'illusion du réel, mais est-ce que ces textes donnent l'illusion du réel.

Or, tous vous me donnez l'impression que les auteurs cherchent à donner l'illusion du réel. Il ne me semble pas que les textes de Kundera et Robbe-Grillet cherchent vraiment à donner cette illusion. Robe-Grillet s'inscrit dans la lignée du nouveau-roman, et Kundera précise bien qu'il s'agit d'un personnage de fiction, tandis que Marivaux et Claudel, eux, veulent donner le maximum de réalité à leur texte. Bien sûr, il existe un paradoxe pour le roman de Kundera, puisqu'il est inspiré d'une personne réelle, mais chaque roman a une part de vraisemblable et d'irréel...

Enfin bon, vous me faites peur maintenant!
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Eva A.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 21/06/2008 à 15:21:49    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Sinon, je propose quelques pistes pour ceux qui ont choisit l'écrit d'invention, parce que je connais beaucoup de personnes qui s'y sont lancé à l'aveuglette en pensant que c'est un sujet facile, mais n'ont pas respecté les contraintes.

- Progression du récit.
- Allusion à une pièce de théâtre.
-Minutie, mécanisme des gestes.
- Nouveau roman: pas de descriptions physiques ou morales, le personnage est détourné de son objectif habituel, il n'est plus au centre du récit.
-Personnifications des meubles du café.
- Champ lexical de la pénombre.
-Atmosphère endormie, tendue.

D'autres suggestions?
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Charlotte M.0
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 01:25:57    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Message de Eva A.
Bonjour! moi aussi j'ai passé le Français L hier et je dois avouer que je ne suis pas d'accord avec vos réponses à la question. La question n'était pas: en quoi ces textes donnent-ils l'illusion du réel, mais est-ce que ces textes donnent l'illusion du réel.

Or, tous vous me donnez l'impression que les auteurs cherchent à donner l'illusion du réel. Il ne me semble pas que les textes de Kundera et Robbe-Grillet cherchent vraiment à donner cette illusion. Robe-Grillet s'inscrit dans la lignée du nouveau-roman, et Kundera précise bien qu'il s'agit d'un personnage de fiction, tandis que Marivaux et Claudel, eux, veulent donner le maximum de réalité à leur texte. Bien sûr, il existe un paradoxe pour le roman de Kundera, puisqu'il est inspiré d'une personne réelle, mais chaque roman a une part de vraisemblable et d'irréel...

Enfin bon, vous me faites peur maintenant!


J'avais fait comme toi, mais maintenant je suis inquiète... Mais bon, ça ne sert à rien de se tracasser !
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Kevin S.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 08:52:32    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Eva A. et Charlotte M.0 j'ai également fait comme vous (séparé les textes B et C des deux autres)
En effet, dans le texte de Kundera nous savons que l'auteur imagine son personnage et qu'il est inspiré d'un simple geste d'une personne. Selon moi, cela ne suffit pas à créer l'illusion du réel.
Selon moi dans le texte de Robbe Grillet il n'y a pas vraiment d'illusion du réel au niveau du personnage car mis à part son nom et son métier (patron de caféClin doeil nous ne savons rien. La description du lieu est plus importante que celle du personnage.

Après avoir lu la correction je suis inquiet mais je vois que je ne suis pas le seul à avoir fait ca.
Vous pensez que c'est bon ou pas ?!
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Eva A.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 09:16:27    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Apparemment ce serait bon, des professeurs du web pédagogique ont mis la correction et rajouté que l'on pouvait mettre cette réponse là, c'est à dire que les textes de Robe-Grillet et Kundera ne cherchent pas à donner l'illusion du réel.

En fait il y avait plusieurs réponses possibles.. ; )

Et sinon, comment avez-vous justifié votre réponse à la question? Juste en parlant des caractérisations des personnages? Vu la formulation de la question, il me semble qu'il fallait un peu piocher au niveau points de vue, repères spatiaux temporels, etc..en plus des caractérisations?
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Charlotte M.0
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 11:58:31    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
La question disait "dans leur manière d'introduire les personnages", alors je me suis concentré là-desus.

Pour les textes de Marivaux et Kundera, j'ai dit qu'ils cherchaient à donner l'illusion du réel :
-en expliquant ou en laissant entendre d'où ils tenaient leur histoire (trouvaille ou expérience personnelle # imagination)
-en carctérisant précisément leurs personnages ou en expliquant pouruoi ils ne el peuvent pas

Puis j'ai dit que les autres textes semblaient renoncer à la prétention de donner l'illusion de réalité :
-Pour le texte de Robbe-Grillet, j'ai dit que son personnage était indéfini, sans psychologie, une force agiassante (normal, Robbe-Grillet est le théoricien du Nouveau Roman, qui cherche à se débarasser du personnage).
-Pour le texte de Kundera, j'ai écrit qu'il assumait pleinement le caractère fictif de son héroïne (mais en m^me temps, son héroïne semble vivre une existence indépendante de la sienne...

Je me rends compte enrepensant ce que qu'en réalité ma question est trés peu argumentée....
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Charlotte M.0
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 12:03:10    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Pour ceux qui s'inquiètent pour l'écriture d'invention, un forum où une dizaine de personnes ont mis leur performances :
http://lewebpedagogique.com/forums/viewtopic.php?f=571&t=3521
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Kaetia H.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 12:58:04    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Bonjour à tous.
Je suis passé dans plusieurs forums les écrits se ressemblent assez dans l' ensemble .
Pour ma part j' ai pris l' écrit d' invention, apparemment c' était un peu piège .
Voilà en gros ce que j' ai mis bien sur pas du tout formulé de cette manière la mais bon c est un aperçu .dites moi ce que vous en pensez :



Pour moi c' est une femme le personnage que j' ai introduit.
J' ai commencé par décrire l' atmosphère que l' on pouvait voir à travers la vitrine du café ,
La nuit s' efface le soleil vient lui voler sa place , lui aussi semble las peu à peu l' aube prend place[...]
j ai commencé par parler des premières voitures qui passaient Une.Deux.Trois.Quatre.Toutes sont grises petites grandes , moyennes.Bientôt on ne les contera plus.[...]
après j ai parler des habitudes des gens "en ce lundi matin les gens sont inanimés, parfois levés du mauvais pied , la plupart motivés par l' idée d' achever cette journée."

J ai parler des habitudes du patron qui connait par cœur tous ces clients la plupart tous habitués il sait a quel heure va arriver le premier client ect ...
J ai beaucoup décrit et insister sur la monotonie la répétition LE TEMPS .

Mon personnage il s agit de Madame.P on sait seulement qu' elle a la trentaine , brune , le teint blanc .C est tout.
Le patron la connait mais seulement en temps que cliente il ne connait pas sa vie à l' extérieur , il connait toutes ses habitudes dans le café ce qu' elle va sortir de son sac à main et même a quel moment elle va tousser. Comme vous j' ai fait beaucoup de phrase du style Cinq.Quatre.Trois.Deux.Un ect ...

Comme je l' ai dit auparavant j' ai beaucoup insister sur la notion du temps en parlant de l' horloge qui est suspendu dans le café , en parlant du bruit de la trotteuse qui rythme le silence .
L' écho d un éclat de rire qui raisonne.

A un moment Madame.P sort de son sac un agenda rempli d' indications, de rendez vous ,d' anniversaires... Mais à quoi bon tout prévoir?Qui sait ce qui se passera demain? Peut être mourra t' elle demain? Peut être qu' elle se fera renverser par l' une de ces voiture du début?Mais cela elle ne le sait pas encore.

A un autre moment Madame.P fait tomber son sac chose inhabituelle ses affaires s' éparpillent [...] parmi ses affaires une photo à sa vue la voila qui se met à pleurer de toute ses larmes personne ne sait pourquoi elle pousse des cris très stridents le patron lui est complètement choqué par cette réaction il est désemparé , le stress s' empare de lui.Des gouttes de transpiration se forme sur ses tempes .En même temps Madame.P elle continue de pleurer elle vide son corps de toutes ses larmes.Son teint si blanc devient taché de noir à cause de son maquillage...
Lui enfin va la voir pour tenter de la consoler mais rien n y fait elle le repousse . Lui reste totalement perturbé vu qu' il n est pas habitué à cela .
Il craque il n' en peut plus d' entendre ces cris il lâche la vaisselle qu' il tient dans les mains le fracas de la vaisselle se mêle au bruit des sanglots de Madame.P
.Brusquement elle s' arrête de pleurer récupère toutes ses affaires et se dirige vers la sortie.[...] Elle ouvre la porte .Le patron la suit du regard même à travers la vitrine il la suit du regard jusqu' à ce qu' elle se fasse fauché par une voiture.Une Voiture rouge cette fois.

Bref en gros c' est ça. Mais bon la c est quelque bribes de mon travail , je sais pas si j' ai été claire .Je n' ai pas formulé de la même manière que maintenant.La fin change cela fait une grosse rupture vu que cela sort de la routine que connaissait le patron et que du coup il s' est retrouvé complètement dépassé par les évènements jusqu' au point de ne pas savoir quoi faire. J ai fait exprès de ne pas trop donnés d indications sur les personnages, car il me semble que dans le nouveau roman on veut justement laisser réfléchir le lecteur.C est pour cela qu ici j ai décidé de casser cette routine par exemple pourquoi pleure t elle ? Pourquoi une voiture rouge subitement? Vous Voyez ?
Ma copie me tient à peu prés une copie double .

Bref dites moi si vous voyez ce que je veux dire à peu prés je sais que c est difficile étant donnés que ce n' est qu un aperçu.
Je pense avoir respecté le style de l' auteur en mélangeant phrase courtes et longues . J' ai aussi mis cette atmosphère de poids de lenteur ...
J' ai aussi fait des personnification des objets ...
Par contre j' ai vraiment peur pour la fin de mon histoire car elle se termine assez brutalement , et j ai lu dans un autre forum qu' il fallait faire attention à la fin , il aurait été judicieux de terminé par une indication de temps , ou un truc du genre tic tac tic tac ...

J ai peur d avoir fait quelque chose totalement à coté de la plaque je sais pas du tout .Franchement j' ai une boule au ventre Ahhhh :x Je sais pas du tout ce que cela va donner.

Merde à tous pour les oraux

En espérant une petite réponse =D
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Alice H.
Rang 1

Avatar de Alice H.

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 21:12:34    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Alors moi j'ai pris le sujet sur Lampedusa, j'ai choisis un plan bateau pour Bendico

I)La place de Bendico dans l'oeuvre

- Ouvre et clos l'oeuvre
-clef pour entrer dans les pensées du prince lorsque que celui-ci se trouve dans le jardin mais aussi clef pour entrer au coeur de la famille Salina et nous faire la présentation du prince et des membres de sa famille.


II) Le role de Bendico dans l'oeuvre

-confident du prince (dans le jardin ou le prince humanise le chien)
-Symbole du déclin de l'aristocratie sicilienne
Substitu du prince apres la mort de celui-ci =) Concetta qui se rappel son passé et l'annecdote qui a bouleversée sa vie.


2) Le prince un astronome

I)Un personnage lucide
-en lien avec le caractere du prince : lucide et cynique (ex :sa mort)
-Symbole d'éternité =) étoiles
-Passion partagé avec le pere Pirrone
-

II) Justifié par le caractere biographique de l'oeuvre

-Lien avec le grd pere de Lampedusa qui aimait les mathématiques et l'astronomie
-Le prince = portrait physique du grd pere de Lampedusa
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Alice H.
Rang 1

Avatar de Alice H.

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 22/06/2008 à 21:21:28    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Dslé je me suis trompé de forum ^^ c'était pour la littérature
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Eva Q.
Rang 1

Avatar de Eva Q.

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 23/06/2008 à 13:42:44    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Ah :S alors moi pour les questions, j'ai trouvé que le texte C était une mise en abyme ou abime lol
et sinon pour la dissert', j'ai fait :
1) L'illusion du réel au sein du roman
2) La fictivité des personages : un atout ?
3) Le mélange entre réalité & fiction : la clé du succès ?
En gros évidemment, j'ai mieux tourné que çà et j'ai pas écris "fictivité" XD
J'ai cité zola, balzac ( le père goriot était un très bon exemple pour ceux qui s'inquiètaient ) maupassant, st - éxupéry ...
Ca vous parait comment ?? :Z
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Ludocmoi
Rang 1

Avatar de Ludocmoi

Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 24/06/2008 à 16:59:12    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Attention!!!

le sujet de correction n'est pas celui des L, merci de le changer!
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Charlotte M.0
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 02/07/2008 à 10:07:11    Sujet du message : Français - 2008 - Baccalauréat - Littéraire
Toujours pas de correction ? Pas content
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Répondre

Les autres sujets