Répondre
Sacha
Rang 15

Avatar de Sacha

BTS Aéronautique
Professionnel

Remerciements : 1146
Post Posté le 16/06/2008 à 14:50:52    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Nous vous proposons ici des pistes de correction pour le sujet de Philosophie 2008 du baccalauréat filière S. Des gens chez nous se sont occupés de rédiger une proposition de corrigé pour l'épreuve de philo, à vous de la faire évoluer en apportant votre pierre au travail Clin doeil

1er SUJET
L'art transforme t'il notre conscience du réel


Analyse du sujet :
L'art transforme t'il notre conscience du réel
Un sujet un peu piégé. L’analyse du sujet est ici très importante et la façon de le traiter aussi.
Il faudra commencer par définir l’art, avant de se pencher sur l’action qu’il peut avoir sur notre conscience du réel.

Pistes et problématiques :
Le sens du sujet est de débattre de l’art en lui-même. Est il une autre représentation du réel, qui pourrait nous amener à voir et comprendre ce réel d’une façon différente, ou au contraire est il détaché du réel et nous amène t’il à faire travailler notre imaginaire ?


2ème SUJET
Y t'il d'autres moyens que la démonstration pour établir la vérité


Analyse du sujet :
Y’a t'il d'autres moyens que la démonstration pour établir la vérité

Sujet assez classique sur les thématiques de la vérité et de la démonstration. Il s’agit d’une mise en parallèle des mathématiques et des sciences en général avec la philosophie. Un sujet qu’on n’adresse pas aux filières scientifiques par hasard !

La structure même du titre du sujet donne le ton et sous entend que la démonstration est un moyen fiable pour établir la vérité. Prend ici le temps de réfléchir aux vérités qui peuvent être amenées par une démonstration, et à la limite que cela impose.

Attention également à la forme du sujet, on parle de « la » vérité et non « d’une » vérité, mettant d’autant plus l’accent sur l’aspect scientifique du sujet.

Pistes et problématiques :
Ainsi, si la démonstration est un moyen fiable, il faut se demander quels sont les autres moyens pour arriver à établir la vérité. Les mathématiques sont faites de logique, 1 + 1 = 2, et on peut affirmer que cette logique aboutie à une vérité qui ne peut être contredite (ne pas citer JCV ici !). Mais si la démonstration est nécessaire, elle n’est pas toujours suffisante et doit souvent être accompagnée d’une expérimentation pour s’avérer juste. Car les fondamentaux des mathématiques reposent, dans certains cas, sur des postulats eux même indémontrables. S’il a été démontré que la terre était plate, c’est que la démonstration amenant à ce résultat était faussée en amont et l’expérimentation a permis de rétablir la vérité et de corriger le postulat erroné. L’expérience personnelle et la répétition sont aussi sources de vérités, bien que souvent non appuyées d’une démonstration. Avant Newton, tout le monde savait que les pommes tombaient des pommiers. Il faudra mettre l’accent sur le fait que la vérité est plus souvent établie à partir de constatations et de convictions que de démonstrations. Et dans certains cas, la démonstration est encore tout bonnement impossible à établir.


3ème SUJET
Texte de A. SCHOPENHAUER, Le monde comme volonté et comme représentation


Analyse du texte :
Le texte traite des notions de justice, de droit, de morale et d’Etat. Un texte qui peut sembler compliqué au premier abord, mais qui s’avère assez linéaire dans son analyse. Schopenhauer dresse ici un parallèle entre la morale et l’Etat, ponctué par les notions de justice et de droit aux yeux de la morale et de l’Etat.

Pistes et analyse :
L’auteur définit ici la relation entre l’Etat et la morale. Il insiste sur le fait qu’une être dénué de morale peut être en règle vis-à-vis de l’Etat, alors qu’à contrario un être moralement juste peut être coupable vis-à-vis de l’Etat. L’Etat juge les actes commis, alors que la morale condamne également les pensées et la volonté, se rendant ainsi invisible aux yeux de tous. La justice de l’Etat obéit à une logique de fait, et son objectif est de dissuader l’acte sans pour autant condamner l’intention.

Le plan proposé ci-dessous par Yoann me semble tout à fait correct. Je le recopie donc ici en y apportant une petite correction :
1ère partie: du début jusqu'à la ligne 9: Définition de la morale, exposition de la thèse de l'auteur et, en opposition avec la définition précédente, définition de la justice.
2ème partie: De la ligne 9 à la ligne 13: Approfondissement des deux définitions précédentes en introduisant la notion de volonté. La morale est indépendante des actes, en pensée il n’y a pas de distinction entre la volonté et l’acte.
3ème partie: De la ligne 13 à la fin:Illustration de la définition de la justice par un exemple et généralisation de la définition. Constat que l’Etat n’est pas en mesure de jauger l’intention, qu’il ne condamne donc que les actes en portant à titre d’exemple pour l’ensemble de la société les condamnations portées à ceux qui ont commis des injustices.
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Yoann V.
Rang 1









Remerciements : 0
Post Posté le 16/06/2008 à 15:17:52    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Personnellement j'ai pris le sujet 3, le texte de Schopenhauer que j'ai expliqué en trois parties:
1ère partie: du début jusqu'à la ligne 9: Définition de la morale, exposition de la thèse de l'auteur et, en opposition avec la définition précédente, définition de la justice.
2ème partie: De la ligne 9 à la ligne 18: Approfondissement des deux définitions précédentes en introduisant la notion de volonté
3ème partie: De la ligne 18 à la fin:Illustration de la définition de la justice par un exemple et généralisation de la définition.
Voila à vous.
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Benjamin R.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 17/06/2008 à 09:25:58    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Bonjour,

N'étant pas trés doué en philo, j'aimerai votre avis sur mon plan.
J'ai peur d'avoir fait de la paraphrase et pas assez donné mon avis ....mais c'est un commentaire pas une dissert.

Voilà, j'ai pris le sujet 3 le texte de Schopenhauer :

1ère partie: du début jusqu'à la ligne 9: Définition de la morale,la science de l'Etat contre l'injustice. L'etat n'est qu'une machine montée par l'homme pour faire respecter les lois , on subit les injustices :on est les victimes. L'auteur définit l'acte injuste comme étant" l'adversaire à l'encontre de qui elle déploit ses forces"; c'est à partir de ce moment d'injustice que l'etat va se mettre à la poursuite de celui qui a commis cette injustice... cela peut être aussi bien la fraude au baccalauréat qu'un meurtre.

2ème partie: De la ligne 9 à la ligne 13: La morale condamne celui qui à la volonté ou juste l'intention de commettre une injustice.
Pour la morale, la volonté, l'intention est à considérer autant que l'acte lui même. Selon l'auteur la "volonté bien déterminé de commettre l'injustice" est encore plus grave que l'acte lui même et la morale le condamne comme injuste.

3ème partie: De la ligne 13 à la fin:L'État condamne l'acte, le fait et ne se souci pas de la volonté.
L'état n'a affaire qu'au fait soit accompli soit tenté. Pour scho. l'etat ne réprimende pas la volonté ou l'intention de plus l'État n'a pas la prétention de détruire les penchants, ni les pensées malfaisantes. en fait il sert pas à grand chose et devrait plus comme la morale condamner la volonté.
L'État place des limites pour nous détourner de l'intention de commettre des injustices en exerçant un châtiment irréversible à ceux qui commentent une injustice.
Par exemple les fraudes au baccalauréat, l'élève peut être interdit de repasser son examen pendant 5 ans; de même pour un meurtre , le coupable peut aller en prison à perpétuité ou comme dans certains pays (texas) puni par la peine de mort.

Voilà en gros mon devoir ; s'il y a quelqu'un de caler en philo merci de me dire ce que vous en penser et si je ne suis pas hors sujet ou mal interprété le texte.

A+
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Sacha
Rang 15

Avatar de Sacha

BTS Aéronautique
Professionnel

Remerciements : 1146
Post Posté le 17/06/2008 à 14:59:28    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Benjamin,

Ton decoupage est bon pour commencer. Par contre j'ai l'impression que le texte était un peu confus pour toi.

Tu es passé à côté de la vision de l'état qu'à Schopenhauer dans ta partie 3.
La différence entre l'Etat et la morale, c'est que l'injustice du point de vue de l'Etat est uniquement celle commise. L'homme qui pense à mal mais qui n'agit jamais, est un homme condamnable par la morale mais pas par l'etat.
Exemple : tu as envie de faire bruler la maison des examens pour que ta copie soit définitivement perdue, c'est moralement condamnable.
Mais tu n'iras pas en prison jusqu'à ce que tu prennes ton bidon d'essence et ta boite d'allumettes.

Donc l'Etat est necessaire, mais il n'est suffisant du point de vue de la morale.
Ta 1ere et 2eme partie vont bien passer auprès des correcteurs je pense.


en fait il sert pas à grand chose et devrait plus comme la morale condamner la volonté.

Ca par contre ca c'est terrible Langue
Mais à part ce petit écart tu devrais bien t'en sortir je pense !

C'est un avis personnel, je veux bien que tu nous donnes ta note quand tu l'auras eu !
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Saskia V.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 17/06/2008 à 17:02:18    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
on ne m'a appris au cours de l'année qu'il ne fallait surtout pas faire d'analyse linéraire mais plutot par idée alors j'ai fait en gros
1 annalyse:
une définition de la nécessité de l'état proche de celle de hobbes (besoin de protection par opposition a hegel, besoin de reconnaissance)
une idée de la morale proche de celle de kan (universelle et sans limite)
une idée libéral d'une société basée sur l'égoïsme de l'individu
un rapprochement avec l'idée positiviste car il parle de science de l'état ou de la loi donc une apologie de la science c'est a dire de quelque chose d'axiologiquement neutre et donc pas d'idée de morale ou de valeur dans l'état

2 critique:
je pense que il a raison sur le point qu'il faut prendre en compte de l'égoisme naturel de l'humain cependant une société sans valeur peut enlever tout sens a la vie de l'humain ce qui peut conduire a des dérives dangereuse pour combler ce manque tel que les sectes, les moyens chimiques (drogues, antidepresseurs), l'intégrissme, la depression, etc
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Saskia V.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 17/06/2008 à 17:46:01    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
vous en pensez quoi?
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Marine R.0
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 17/06/2008 à 23:28:51    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
J'ai choisi le sujet 2 la demonstration et la vérité mon plan:
I la demonstration
II d'autres moyen: Intuition(evidence) et Induction (généralisation de cas réccurent pour en arriver a l'universalisation d'une véritéClin doeil
III La vérité une notion vaste et des moyens pour l'établir limité

Pensez vous que ca fera l'affaire??
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Kevin B.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 18/06/2008 à 20:31:16    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Pour ma part j'ai pris l'art...
Et j'ai fais le plan suivant.

I L'art n'est pas le réél
l'art n'est qu'une imitation du réél, une représentation de la vision que l'auteur a du réél. De ce fait il est trompeur et peut modifier notre conscience du réél.

II L'art est porteur de messages et de sentiments
L'art peut servir à porter le message des auteurs, il peut être un moyen pour les auteurs de nous convaincre. Et de plus il est porteur de nos sensations, de nos désirs, ce qui fait qu'en regardant une oeuvre on est souvent touché, emu, ce qui modifie encore notre perception de l'exterieur.

III Tout depend de l'approche qu'on a de l'art
L'Initié regardera l'art et ne verra que la beauté, il connaitra l'art par l'art et l'art pour l'art. Le profane au contraire cherchera le sens de l'oeuvre, se posera des questions, cherchera l'origine de telles choses. De ce fait le profane ne pourra être trompé par l'art alors que le profane oui.
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Thomas Z.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 18/06/2008 à 21:42:57    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Sacha ceci m'a d'autant plus choqué que j'ai choisi ce sujet, j'ai donc été vérifier si je ne m'étais pas trompé mais c'est bien toi qui a tort, je t'explique :

"Attention également à la forme du sujet, on parle de « la » vérité et non « d’une » vérité, mettant d’autant plus l’accent sur l’aspect scientifique du sujet. "

Le sujet traite en fait "d'une" vérité et non de "la" vérité, m'enfin sinon ton analyse ressemble assez à ce que j'ai raconté donc ca me rassure. Sourire
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Laeti K.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 18/06/2008 à 21:44:40    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
avez vous la correction du bac anglais Lv2 ?? merci !! ^^
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Feust
Rang 14

Avatar de Feust

HEC
Etudiant

Remerciements : 296
Post Posté le 18/06/2008 à 21:46:43    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Message de Laeti K.
avez vous la correction du bac anglais Lv2 ?? merci !! ^^


C'est un peu hors sujet sur le post de la philosophie!
Pour te répondre, nous ne faisons pas les LV2 pour l'instant, peut-être la semaine prochaine.

Je suis désolé Laeti.
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Dedi D.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 0
Post Posté le 18/06/2008 à 23:14:02    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Bonjour bonjour !

Alors moi je voulais savoir, notre prof nous a dit de faire une explication linéaire, mais il a vaguement parlé également d'un plan thématique, mais je ne sais pas si c'était pour nous dire de ne pas en faire un ... (je ne devais pas etre très attentive à ce moment là ^^)
Enfin bref, tout ça pour vous demander, j'ai pris l'explication de texte et comme l'argumentation était dialectique, je me suis lancée par thème : en gros, d'abord la morale, et dans une deuxième partie l'Etat (en présentant bien sûr ds chanque partie le rapport à la justice tout ça )

Voila est ce une grosse bourde, ou ça passe à votre avis ?
Merci d'avance Sourire
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Phil P.
Rang 1






Baccalauréat S (Scientifique)


Remerciements : 1
Post Posté le 18/06/2008 à 23:15:06    Sujet du message : Philosophie - 2008 - Baccalauréat (filières générales) - Scientifique
Salut!
Moi j'ai pris le texte en fait... J'ai considéré le fait que ce texte était principalemment centré sur l'état, et que la comparaison avec la morale (et donc l'opposition faits - intention) ne fait que partie de l'argumentation.

I : Ligne 1-9 : morale et état : divergence au niveau de ses limites d'activité
-Brève introduction sur la morale et rapide allusion à Kant "agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être une loi universelle". ceci définit des limites claires et nettes pour la morale, et exclu la présence de tout tiers.
- L'état n'aurait logiquement pas à interdire une injustice commise qui n'eût pour corrélatif une injustice soufferte. J'ai considéré que cette phrase était importante. Elle reflète que l'état s'intéresse avant tout à la victime. Après une explication de cette phrase, j'en suis arrivé à la conclusion que l'état avait des limites d'activité plus floues que la morale.

II : l 9-21 : La morale et l'état divergent au niveau de leurs "objets à considérer" . La morale considère l'intention, la volonté. Alors que l'état ne considère que les fait.
J'ai basé ceci sur l'exemple d'un marchand escroc. Ca me paraissait en effet assez neutre comme exemple et pas trop à polémique. S'il choisit, consciemment, d'augmenter ses prix et que cela ce concrétise, alors peu importe qu'il les vende ou pas la morale le jugera. Alors que si personne n'achète, l'Etat ne le condamnera pas. En revanche si il se rétracte et à la suite d'une réflexion morale ne les augmente pas, alors il ne sera pas jugé.


III : Thèse de l'auteur . Malgré toutes les divergences, l'Etat est utile à la justice.
En jouant sur notre psychisme, notre crainte. Il offre une barrière de plus aux injustice. Car l'Homme est souvent sujet à de pulsions primitives.


Ouverture. La morale seule, ou l'état seul, pourrait-il garantir la justice?
message privé Message privé remercier Remercier Citer le message Citer
 
Répondre

Les autres sujets

Les sujets associés